Des choses essentielles à savoir avant d’investir dans une SCPI

Aujourd’hui, qui ne rêverait pas de posséder une part dans l’ensemble d’un bien immobilier ? Si vous aussi vous en rêvez, recourir à un placement auprès d’une SCPI vous est alors plus que conseiller. Mais avant de signer un contrat, vous devez savoir certaines choses sur ces SCPI.

 

L’investissement dans une SCPI à capital fixe

 

En principe, deux options s’offrent à vous concernant la nature du capital investi auprès d’une SCPI : variable et fixe. Si vous choisissez un statut à capital fixe, vous devez savoir que vos actifs seront positionnés à des valeurs fixes. Or, ce genre de statut peut vous exposer à d’éventuelles pertes au cas où une chute soudaine des prix se verrait sur le marché de l’immobilier. Vous ne pourriez pas alors envisager de revendre vos parts à un moment donné. Autant de possibles, choisissez une SCPI à capital variable. Cette dernière tient compte des changements boursiers au cours du temps. Vous serez donc moins exposé à des risques d’impayés et de dévalorisation. Pour obtenir plus de détails sur les SCPI à capital variable, visitez le site de portail-scpi.fr.

 

Comprendre la période de carence

 

La plupart des SCPI contraignent leurs investisseurs à des périodes de carence. Cette période peut varier d’une société à une autre. Il faut être curieux sur les raisons d’être de cette période surtout si la SCPI souhaite le prolonger. Soit il s’agit d’un manque de liquidité, soit il s’agit d’un succès probable. Dans le premier cas, il se pourrait que la société passe par une crise financière en raison d’un important pourcentage d’impayés sur ses locations. Dans le second cas, il se peut qu’elle attende d’autres fonds provenant d’autres investisseurs pour investir dans un autre bien immobilier.

 

Qu’est-ce qu’une SCPI équipée d’un report à nouveau ?

 

Le report à nouveau se définit comme une sorte de trésorerie de guerre au sein d’une SCPI. Plus précisément, il s’agit de réserves financières à la disposition de la société pour combler les manques de revenus suite à des cas d’impayés ou aux départs de plusieurs locataires. Au minimum, ce montant devra être équivalent au dixième des fonds investis dans la société, soit 10 % des revenus globaux. Le fait d’investir dans une SCPI avec un niveau de report inférieur à ces 10 % pourrait vous exposer à plus de risques d’impayés. Ce genre de contrainte est totalement à éviter surtout si vous avez recouru à un prêt auprès d’un établissement bancaire pour lancer votre investissement.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*